Presse

Article par Anabelle Duaut dans “La Capitale” résumant l’intention de l’école.

John Rizzo et Paul-Benoît de Monge ouvrent l’Ecole du Dialogue

Podcast “Minoricast & TribuZen” de 20 minutes. Interview de John Rizzo qui raconte les spécificités de l’Ecole du Dialogue.

RCF Bruxelles, émission “Ca va bien se passer”. John Rizzo interviewé par Léo Potier, sur les formations organisées à l’Ecole du Dialogue pour les entreprises.

Eddy Caekel­berghs inter­viewe longue­ment John Rizzo sur l’adé­qua­tion de la forme scolaire au 21e siècle. Jacques Liesen­borghs apporte ensuite son commen­taire.

Virginie Strassen interview John Rizzo sur la création de l’Ecole du Dialogue dans le Bio Info de l’été 2018. Notons une des questions de la journaliste: « Que faire avec un enfant qui refuse d’apprendre ? »

Article d’Annabelle Duaut dans Le Soir / Studeo.

Une école de l’excellence à Cureghem

En 2015, l’équipe de Studeo avait fait la connaissance de John Rizzo, un ancien dirigeant de start-up fraîchement devenu instituteur. À l’époque, ce jeune père de famille avait jeté un pavé dans la mare avec
la sortie de son livre “Sauver l’école?” (Keréditions) où il s’interrogeait en profondeur sur la réelle efcacité de notre système scolaire et sur les différentes pistes envisageables pour le rendre plus efcient. Devenu dans la
foulée directeur de l’ASBL “Learn to Be” – qui aide les écoles à combiner plaisir d’apprendre et d’enseigner – , John Rizzo a également pris part au groupe numérique du Pacte d’Excellence (Fédération Wallonie-Bruxelles).
À partir de ce moment-là, les enseignants ont été de plus en plus nombreux à me demander de l’aide pour transformer leur classe, se souvient celui qui s’était spécialisé dans les formations en informatique. « C’est dans ce contexte que j’ai eu l’idée de créer l’École du Dialogue qui jouera le rôle de centre européen d’innovation pédagogique à Bruxelles. » Il ajoute: « cet établissement permettra d’intensifier l’aide apportée aux
écoles désireuses de se transformer, et ce à travers toute l’Europe. »

Au cœur du projet de cette école privée d’un genre nouveau, on trouve des méthodes validées par la recherche expérimentale et les neurosciences. La pratique des arts martiaux, connue pour favoriser la concentration, sera de ce fait privilégiée, tout comme la mise en place de groupes multi-âges, l’absence de notion de redoublement et la participation tant des enfants que des parents dans la gestion et la vie de l’école.

Des phases d’ouverture

Plusieurs faits sont à l’origine de ce projet novateur: « les résultats catastrophiques de la Belgique au test PISA (le Programme international pour le suivi des acquis des élèves, organisé par l’OCDE NDLR), le turnover important chez les professeurs, l’existence d’écoles poubelles (même si je n’aime pas cette expression)… » D’un autre côté, parmi les moteurs de John Rizzo, il y a « cette jeunesse immigrée pleine de potentiel, de fraîcheur, qui mérite que l’école redevienne un modèle inspirant. »

Volontairement ouverte sur son quartier, l’École du Dialogue accueillera en priorité les jeunes Anderlechtois en situation de détresse scolaire. « Le choix du lieu d’implantation ne s’est pas fait par hasard », commente John Rizzo. Quant au minerval, « il sera inférieur au coût que représente en général un élève qui est pris en charge par la collectivité (7.200 euros/an, ndlr), soit 5.800 euros pour une année scolaire. » Et d’ajouter: « Les familles aux revenus modestes pourront en outre compter sur l’attribution de différents types de bourse qui permettront de diminuer voire de réduire à zéro le coût du minerval. » Pour sa première d’année, l’école ouvrira 30 places pour les 10-18 ans (25 d’entre elles sont déjà réservées à l’heure actuelle). Une section maternelle sera par ailleurs accessible dès janvier 2019, suivie d’une section primaire prévue pour le printemps de la même année.

ANNABELLE DUAUT

Journalistes, consultez nos ressources sur la page /journaliste.

rue Théodore Verhaegen, 196
1060 Saint-Gilles

+32 2 342 07 62