Mon enfant a accumulé du retard scolaire…

Certains élèves arrivent dans notre école avec un retard scolaire généralement accumulé depuis de nombreuses années. Réussir avec 51% signifie qu’au sommet de sa préparation, lorsque sa mémoire à court terme est saturée de bachotage, l’élève ne connaissait que la moitié de la matière. Autant dire que lorsqu’il arrive à l’Ecole du Dialogue, les lacunes sont réelles.

 

Citons une élève de 16 ans: En primaire, on me laissait passer tout juste sans travailler. En 1ère secondaire, c’est interdit de faire doubler. En 2e, je n’ai pas totalement réussi mon CE1D, on m’a laissé passer de justesse. Puis j’ai raté, mais on m’a laissé passer si j’allais en technique. Je disais “j’ai niqué le système“. Aujourd’hui, tout est difficile. En fait c’est le système qui m’a eu.

Elle arrive chez nous après en 4TQ, bloquée par ses lacunes dont certaines datent de primaire. Sa principale faille est son manque d’entraînement pour se mettre au travail. Et quand elle s’y met, ses stratégies d’apprentissage sont totalement inefficaces. Il n’est donc, pour elle, pas question de voir la matière de 5e, ni de 4e, mais de d’abord renouer avec le plaisir d’apprendre, puis d’entraîner sa capacité de travail et ses stratégies d’apprentissage. Après seulement, pourra-t-elle se remettre en route dans son cursus.

 

Combien de parents ne nous ont-ils pas demandé: “Et après, elle pourra rattraper son retard, faire 2 années en une ?”

NON ! Si un tel élève après une année de rééducation scolaire et de résorption de lacunes, pouvait déjà faire une vraie année complète en un an, ce serait déjà une première dans son parcours. Si en plus, il parvient à le faire chez nous, donc avec plus d’autonomie que dans une école traditionnelle, alors il se prépare à réussir des études supérieures.

 

Donc, oui, nous pouvons aider des élèves à identifier leurs dysfonctionnements scolaires, à remuscler leurs aptitudes d’apprentissage. Non, nous ne pouvons pas remonter le temps sans tuer le plaisir d’apprendre que nous aurions réussi à insuffler à l’élève.